À propos


À propos
La Vespa est sans conteste le plus mythique des scooters. Breveté en 1946 par Piaggio, ce produit typiquement italien arpente aujourd’hui les routes de près de 114 pays dans le monde. Retour sur l’histoire d’une star sur laquelle ni le temps ni les modes ne semblent avoir de prise.

Piaggio : de l’avion au scooter.
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le constructeur italien Piaggio, spécialisé en aviation depuis une trentaine d'année, se trouve dans une situation délicate. L’Italie n’ayant plus le droit de construire d’avions, la compagnie doit trouver une reconversion. Enrico Piaggio, qui a repris les rênes de l’entreprise familiale à la mort de son père, Rinaldo, en 1938, a alors l’idée d’un deux-roues à la fois confortable, facile à conduire et accessible financièrement aux classes moyennes. Contrairement à la moto, alors véhicule quasi-exclusivement masculin, le nouveau concept doit être accessible aux femmes, en étant notamment plus maniable et moins salissant que les autres deux-roues. Six mois de travail dans les usines de Pontedera (Toscane) plus tard, les premières Vespa font leur apparition.

La Vespa : des caractéristiques singulières
Ce n’est pas seulement son design de "guêpe" qui crée la surprise lorsque le premier modèle, la Vespa 98cc Série 1, est présenté au public de Rome, en avril 1946. Piaggio veut révolutionner le marché du deux-roues et, pour cela, tous les codes de la motocyclette ont été passés à la moulinette.
Tout d’abord, les roues sont fixées latéralement, comme un train d’atterrissage d’avion (héritage du glorieux passé de Piaggio), ce qui permet de les changer très rapidement en cas de pépin. Ensuite, le changement de vitesse se fait à la poignée, le moteur de 98 cm3 est installé à l’arrière, ce qui facilite grandement la conduite et équilibre l’engin, tout en dégageant de la place pour poser les pieds à l’avant. Enfin, le carénage incurvé à l’avant protège les jambes en créant une sorte de pare-brise, tandis que l’aile arrière permet l’aménagement d’un coffre ou le transport d’une roue de secours.
Pratique, esthétique, maniable : la Vespa va connaître un succès immédiat.

Vespa à la conquête du monde
Dès le début des années cinquante, le scooter au look reconnaissable entre tous devient un véritable phénomène de mode en Italie, puis au-delà, notamment avec le succès des films "Vacances romaines" ou "La Dolce Vita", grâce auxquels la Vespa devient synonyme de liberté, de romantisme et de convivialité. En 1953, "la Guêpe" est vendue dans près de 10 000 points de vente à travers le monde, tandis que des usines de production voient le jour sur les cinq continents. Entre 1955 et 1987, les modèles se succèdent (125, 150, 400 cm3) et leur succès, malgré la concurrence accrue des modèles japonais et du rival italien Lambretta, ne se dément pas. Comme certaines marques d’exception (Ferrari ou encore Harley-Davidson), Piaggio a su transformer son véhicule en véritable légende, fédérant avec les années des millions de fans autour de la Vespa.

La légende Vespa : les "Vespa Clubs"
Comme leur nom l’indique, les Vespa Clubs sont des associations qui réunissent des passionnés de Vespa pour toutes sortes d’événements (balades, discussions, ventes aux enchères, etc.). Suite à la création du premier club en Italie, à Viareggio, en 1949, les amoureux de la Vespa du monde entier ne tardent pas à leur emboîter le pas : en 1952, une Union européenne (cinq ans avant le Traité de Rome !) des conducteurs de Vespa voit le jour, réunissant des clubs italiens, français, allemands, suisses, néerlandais et belges.
Aujourd’hui, il est presque devenu impossible de comptabiliser le nombre de Vespa Clubs dans le monde. Pour vous donner une idée, la France en recense plus d’une quarantaine, et la Vespa est vendue dans près de 114 pays.
La Vespa, une légende qui a encore de beaux jours devant elle !